mercredi 16 juillet 2008

Parole de femme..Radhia HADDAD

A l'aube de l'indépendance, la plus ancienne et la plus criante des injustices était la condition des femmes . Leur cause semblait perdue . Meme ceux que cette situation révoltait n'imaginaient pas qu'il fut possible de venir à bout de préjugés séculaires, profondément ancrés dans nos mentalités . Radhia Haddad disait " sans la volonté de Bourguiba, aucune réforme radicale n'aurait pu réussir . Je crois que ce sera son plus grand mérite devant l'histoire, car si tous les pays ont fini, un jour ou l'autre, par se débarrasser de la domination étrangère, aucun, et surtout aucun pays arabo-musulman n'a osé une révolution sociale d'une telle ampleur . "
La libération des femmes s'inscrivait en fait dans une politique volontariste et moderniste, qui avait l'ambition de revitaliser la société tunisienne tout entière .

Parmi les récalcitrants, qui aujourd'hui encore poursuivent une résistance anachronique, il y a ceux qui, par obscurantisme, rejettent en bloc toute modification des structures anciennes, et considèrent ce que nous avons hérité des siècles honteux de notre décrépitude comme étant l'ordre immuable des choses . Mais il y a aussi ceux qui, tout en éprouvant l'ordre ancien, restent réfractaires à l'affranchissement des femmes, parce qu'ils en surestiment les effets négatifs sur les bonnes moeurs et sur la stabilité de la cellule familiale . En réalité, la régression de notre morale est due à bien d'autres phénomènes tels que la pauvreté, la mal répartition des richesses, l'exode, le chaumage, manque de liberté et l'echec du systéme éducatif . A mon sens, les objectifs de la majorité des tunisiens est clairs : moins d'inégalités et plus de démocratie .

2 commentaires:

laabed a dit…

Je pense que le satellite Nilsat devient l'ennemi n°1 da femme arabe et tunisienne en particulier puisqu'il nous arrose à la durée de la journée avec des dizaines de chaines satellitaires opérant depuis la péninsule arabique et qui plébicitent des sociétés polygammes avec femme au foyer avec hyjab.J'ai peur que les acquis de la femme tunisienne ne résisteront pas devant ce tapage médiatique qui commence déjà à semer le doute.

Carpe Diem a dit…

Merci pour ce post qui va dans le même sens que celui que j'ai écrit! Et pourtant, on ne s'est pas consultés au préalable:)